• Nombre de Visiteurs :
  • compteur blog

Galérie Photo

Nos Videos

Audio

Nos Spots

Les jeunes satisfaits de l'appui du Projet BoCEJ!

Publier: 

Le Projet BoCEJ, au terme quatre d’années d’existence, ne laisse personne indifférent. Qu’il s’agisse des responsables des institutions de formation lauréates du Fonds compétitif, des chefs d’entreprises partenaires et surtout les jeunes bénéficiaires du programme E2E, composante 2 du projet, les témoignages de satisfaction et de reconnaissance ne tarissent pas.

abd_9200.jpgMamadou Abdoulaye DIALLO fait partie des 10 jeunes promoteurs retenus dans le cadre du programme entrepreneurial du Projet BoCEJ. Il est actuellement en incubation chez « Oser Innover ». Agé aujourd’hui de 28 ans, il est détenteur d’un diplôme en « Génie industriel et Maintenance » obtenu en 2015 à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

« C’est dans la quête de l’emploi à la fin de mes études, que j’ai connu l’AGUIPE via l’Internet. C’était entre 2015-2016. Je m’y suis inscris en tant qu’entrepreneur. Deux ans après, en 2018 précisément, on m’a appelé pour m’annoncer que je suis sélectionné pour une formation en entrepreneuriat dans le cadre du Projet BoCEJ. Avant, j’avais l’idée de projet mais j’ignorais tout du monde entrepreneurial. C’est grâce à la formation offerte par les experts de l’institut « 2IE » avec le Projet BoCEJ, que j’ai appris à faire mon business plan et beaucoup d’autres choses concernant la création d’entreprise. Ce programme m’a apporté la formation et les relations. Mon projet s’appelle « Pôle d’Excellence » : c’est un centre d’informations et d’orientation scolaire et professionnelle. Je suis en incubation il y a de cela (06) mois à « Osez Innover ». Tout se passe bien. J’ai déjà créé mon entreprise et je suis à la phase d’exploitation. Aujourd’hui, c’est un sentiment de satisfaction qui m’anime ; j’ai confiance à moi-même et je suis déterminé à aller jusqu’au bout ! »

 

Djékoria DIOUBATE, est diplômée en "Journalisme er Communication"en 2017 de l'université Kofi Annan de Guinée.Elle a ses 26 ans révolus. Grâce au programme E2E, elle a signé un CDD chez « AMIFA », une structure évoluant dans la microfinance.

« Mon premier chemin a été l’inscription dans la base de données de l’AGUIPE via le site Internet. J’ai déposé mon CV et l’AGUIPE m’a fait passer des tests. Au bout de trois mois, j’ai été 68703043_611449622714398_4058549545586393088_n.jpgrappelée pour suivre un stage-formation à « AMIFA ». Là, j’ai bénéficié d’une formation de 10 jours avec des experts marocains sur les procédures d’octroi de crédit. Bien avant, durant un mois je faisais toutes les tâches qu’on me confiait à l’agence de Taouyah. Grâce à ce programme, au bout de deux mois presque, j’ai signé mon premier contrat de travail d’un an en qualité d’agent de crédit. Aujourd’hui j’ai un portefeuille de 100 clients avec un montant décaissé de plus d’un milliard. Ce programme est à encourager. Il permet à des milliers de jeunes de ne pas rester à la maison à faire du thé après les études. Ma vie a beaucoup changé et j’en suis reconnaissante. Je suis fier de ce projet et je fais un appel à tous les jeunes diplômés sans emploi de venir de s’inscrire, ce programme offre beaucoup d’opportunités à nous jeunes à la recherche d’un stage, d’une formation ou d’un emploi ».

 

 BANGOURA  Daouda Alia est diplômé en « Chimie » à l’université de Kankan depuis 2014. Il est âgé de 29 ans. Il a bénéficié d’un stage professionnel de   six mois (mai à octobre 2019) bangoura.jpgchez « CACIA Beverage », une usine de fabrication des boissons non alcoolisée, sise à Kagbelen, dans la préfecture de   Dubreka.

« C’est en 2014 que je me suis inscris à l’AGUIPE, juste après la fac.  Mais on m’a fait savoir après que cette inscription n’était plus valable, qu’il fallait   m’enregistrer en ligne via le site web. Ce que j’ai fait en 2016. C’est suite à ça, que j’ai été appelé pour passer des tests. Un jour, j’ai reçu un appel   m’annonçant que j’étais sélectionné pour un stage dans l’entreprise « CACIA ». C’est à partir de là que j’ai connu le Projet BoCEJ. Je voyais beaucoup de   publications de BoCEJ sur les réseaux sociaux. Ce programme m’a beaucoup apporté : en Guinée, tu termines les études avec des notions théoriques et   c’est souvent très difficile d’obtenir un lieu de stage. Ce programme est venu combler ces lacunes chez moi. A travers ce programme, j’ai eu ma première   expérience professionnelle avec l’entreprise « CACIA » où j’ai appris les techniques de fabrication des boissons non alcoolisées. J’ai fait six mois de stage   et j’ai terminé le 02 octobre 2019. Bien que je n’aie pas signé un contrat de travail, aujourd’hui je suis satisfait de ce que j’y ai appris et je suis plus que confiant pour affronter le marché de l’emploi. J’ai même postulé à travers un cabinet d’intérim pour un poste similaire et je suis confiant que ça va marcher.  Ce programme est très salutaire pour les jeunes diplômés en quête du premier emploi. C’est pourquoi j’appelle tous les jeunes qui ont fini les études à s’intéresser à ce programme du Projet BoCEJ, et à s’inscrire à l’AGUIPE pour en bénéficier. Ça ouvre les portes de l’emploi ! »